5 options avant l'effondrement économique

5 options avant l'effondrement économique

5 options avant l'effondrement économique

À écouter, ça vient de sortir :  Cliquez ici pour écouter la suite.

Il est important de comprendre pourquoi l'occident a définitivement dépassé le point de non-retour. En termes simples, les États-Unis et une grande partie de l'Europe empruntent une somme d'argent extraordinaire pour payer des intérêts sur l'argent qu'ils ont déjà emprunté dans le passé. Ils ne sont même plus capables d'autofinancer leurs coûts de fonctionnement annuel sans continuer à emprunter. Au final, les scénarios possibles pour le futur sont très limitées. Nous allons parler de ces possibilités.

Option 1 : Continuez d'emprunter, et que la fête continue !

Tant que le gouvernement PEUT emprunter, il continuera. Quelles que soient leurs intentions, l'augmentation de la dette ne fait qu'aggraver la situation. Ce qui entraîne une hausse des coûts d'emprunt à long terme et aussi une augmentation de la dette globale. À mesure que cela se produit, le bassin d’investisseurs commence à se tarir, surtout ceux de l’étranger qui perdent naturellement confiance dans un pays surendetté.

Option 2 : Inflation

Plus les acheteurs cesseront d'acheter des obligations du pays, plus la banque centrale épongera l'excédent de liquidités. La banque centrale sert essentiellement à rassembler l'argent et à le prêter ensuite au gouvernement dans le besoin.

Peu importe ce que disent les statistiques du gouvernement, il faut savoir que faire cela engendre de l’inflation. Plus la banque centrale impriment de l'argent, plus le niveau d'inflation à long terme est élevé. Pendant ce temps, alors que les investisseurs étrangers réduisent simultanément leurs obligations en euros, cette inflation se fera ressentir plus fortement en Europe.

Option 3 : l’austérité

Il va arriver un moment où le gouvernement sera forcé de faire face à sa réalité économique et à effectuer des coupures budgétaires drastiques qui se feront sentir dans toute la société : des places boursières aux complexes industriels militaires, en passant par l’immobilier.

Option 4 : le défaut de paiement

Le fardeau de la dette deviendra tout simplement trop lourd, et la solution la plus évidente sera de tout simplement faire défaut. Les politiciens feront alors de la Chine un ennemi et ils inventeront probablement une guerre juste pour avoir une excuse pour ne pas rembourser la dette chinoise. Les Américains brandiront le drapeau et comme à leur habitude, déclareront une nouvelle guerre qui relancera leur économie pour un temps.

Option 5 : Cannibalisme économique

Le gouvernement continuera sa persécution contre les professionnels productifs, les investisseurs, les entrepreneurs et les travailleurs qualifiés. Les taxes existantes augmenteront, de nouvelles taxes seront créées, des barrières commerciales seront édictées et un dédale de réglementations prohibitives sera adopté dans un seul but : vous taxer toujours plus !

La première option (continuer de faire la fête) est ce qui se passe depuis des années. Les politiciens font de petites concessions pour montrer qu'ils sont "sérieux" concernant la discipline financière, coupant des programmes ridiculement petits tout en injectant des centaines de milliards d’euros dans les guerres et les programmes d’aides sociales. En France, on commence à rentrer dans l'option 5.

Plus la situation de l'endettement s'aggrave, plus les coûts d'emprunt augmentent et plus la situation de l'endettement s'aggrave. Ce n'est pas une position tenable sur le long terme. Les investisseurs existants continueront de s'éloigner des obligations américaines et européennes, ce qui réduira l'option 1 à une demi-vie mesurée au mieux en quelques mois.

À plus long terme, il ne reste que les options 2 à 5: inflation, austérité, défaut de paiement et cannibalisme. Chacune de ces options ébranlera le système financier. Plus important encore, chacun de ces facteurs a le pouvoir de créer un bouleversement social généralisé.

Lorsque l'inflation ronge le niveau de vie déjà médiocre d'une famille, lorsque l'austérité élimine les avantages auxquels les bénéficiaires se sont habitués, lorsqu’on ne peut plus verser les cotisations d'un retraité, lorsque des impôts élevés font sentir aux travailleurs qu'ils ne sont que des esclaves du gouvernement, c'est à ce moment-là que commence la véritable tourmente.

La montée de la criminalité : sans emploi ni moyens de subvenir aux besoins de leur famille, les gens se tourneront vers la criminalité par désespoir.

La lutte des classes : avec les lignes de démarcation grandissantes entre les riches et les démunis, il deviendra impopulaire et même dangereux de réussir.

Corruption : les fonctionnaires de bas niveau de la fonction publique chercheront à compléter leurs revenus par des pots-de-vin et des magouilles.

Marché noir : une économie souterraine basé sur l'argent liquide émergera (probablement grâce à l’or, des devises étrangères ou le Bitcoin).

Censure : bien sûr, le gouvernement invoquera la sécurité nationale, mais l'idée sera d'empêcher le dénigrement public de la politique gouvernementale.

Guerre : le gouvernement aura besoin d'un autre événement majeur pour détourner l'attention des gens des vrais problèmes. D'un point de vue pratique, une nouvelle guerre est pratique dans ces cas-là !

Protestations/émeutes : c'est à ce moment-là que les choses deviendront sanglantes, juste en bas de chez vous. On ne peut pas ne pas penser au mouvement des gilets jaunes.

État policier : le gouvernement va serrer la vis et enverra les flics pour montrer au peuple qui est vraiment aux commandes.

Il existe un certain nombre d'autres indicateurs, et plusieurs d’entres eux montrent déjà des signes d'émergence. Les États policiers américains et européens sont en vie et en bonne santé. La criminalité générale augmente dans les deux cas.

En Europe, les flics se confrontent dans la rue face à leurs concitoyens. Vous souvenez-vous aussi des tanks dans les rues pendant les émeutes de Los Angeles ? Vous souvenez-vous des émeutes de la Nouvelle-Orléans ? Vous souvenez-vous d'un certain nombre de protestations violentes contre le G8/G20 ? Et plus récemment, vous souvenez-vous des scènes de guérilla urbaine lors du mouvement gilet jaune ? À partir de là, c’est à vous de juger du futur proche qui arrive.

À propos de l'auteur : cette note a été écrite par Alex Ricwald, spécialiste en sécurité globale appliquée. Pour découvrir son histoire et son activité, cliquez ici.

À écouter, ça vient de sortir :  Cliquez ici pour écouter la suite.

© 2018 B L C K P L M SIREN 5 2 9  4 3 2  0 8 0 CNIL 1 7 9 1 3 4 4 Infos confidentialité : Si vous choisissez d’entrer votre adresse e-mail sur cette page . Vos données personnelles ne seront utilisées que pour vous faire parvenir des messages d’information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désinscription qui figure au bas de chaque message. Vos données sont stockées jusqu’à votre désinscription. Les données recueillies sur cette page sont stockées par le sous-traitant Getresponse, dont la politique de confidentialité est disponible ici. Vous n’avez aucune obligation de vous inscrire sur cette page. Vous pouvez consulter ici notre Politique de Confidentialité et Conditions Générales.