Et si votre compte bancaire disparaissait ?

Et si votre compte bancaire disparaissait ?

Et si votre compte bancaire disparaissait ?

À écouter, ça vient de sortir :  Cliquez ici pour écouter la suite.

C’est l’histoire de la National Australia Bank (NAB), l'une des plus grandes banques d’Australie, qui a connu il y a quelques années un dysfonctionnement technique de son système informatique. En quelques heures, un simple problème technique avait pratiquement mis à genoux une grande partie du système bancaire australien. Il s’agit comme souvent d’une folle cascade d’événements.

Vous voyez, les banques n'utilisent pas de systèmes d'exploitation ou d'applications de base de données ordinaires. Elles utilisent des logiciels spécialisés conçus pour synchroniser des opérations complexes comme les dépôts en espèces, les virement interbancaires du jour, les facilités accordées de la banque centrale, les virements électroniques, la surveillance des cartes de paiement et une foule d’autres données sensibles. Lorsque quelque chose se passe mal, cela peut donc déstabiliser l’intégralité du système et nuire aux clients.

Dans le cas de la NAB, un fichier corrompu a surchargé le système de paiement de la banque, et cette défaillance à elle seule a fini par se répercuter sur d'autres parties des opérations.

À leur grande surprise et à leur grande colère, de nombreux clients ont constaté que le solde de leurs comptes avait été purement et simplement effacé, que les paiements automatiques (prêts, versements, primes d'assurance) n'avaient pas été effectués et que les cartes de paiement ne fonctionnaient plus non plus.

En raison de la grande taille de la NAB en Australie, l'infrastructure de la banque gère aussi des transactions pour de nombreuses petites autres banques australiennes, donc les clients de ces plus petites banques ont également été touchés par le phénomène.

C’est le même modèle que pour la Citibank à New York qui traite des transactions internationales pour le compte de nombreuses autres petites banques communautaires aux États-Unis.

Si quelque chose arrivait à l'architecture technique de la Citibank, toutes les autres banques seraient alors touchées par réaction en chaîne.

Les histoires des clients touchés par le problème étaient généralement les mêmes. Les gens étaient avec un chariot rempli de courses à la caisse du supermarché et n’ont pas pu payer leur nourriture. Il va sans dire que les distributeurs de billets automatiques ne fonctionnaient plus non plus et que personne n'acceptait les chèques.

La NAB a travaillé fébrilement les jours suivants pour tenter de régler le problème, et les clients victimes concernés se sont préparés à vivre deux jours dans la misère forcée en attendant d'avoir à nouveau accès à leur argent. Une semaine plus tard, plusieurs milliers de comptes NAB étaient encore bloqués, et les gens ne pouvaient toujours  pas retirer leur propre argent.

On ne sait pas encore très bien si la cause profonde était un problème technique ou une attaque malveillante. Il faut savoir que les systèmes de sécurité informatique des banques sont loin d'être impénétrables. Et le récent virus StuxNet (qui peut détruire les systèmes complexes de contrôle des infrastructure) montre à quel point certaines attaques électroniques deviennent sophistiquées.

Je ne suis pas du genre à vivre dans un état de peur et de paranoïa permanent pour ce qui peut arriver ou ne pas arriver dans l’avenir. Mais il serait tout à fait insensé de rejeter la possibilité que bon nombre des systèmes de base que nous tenons pour acquis puissent connaître l’échec un jour ou l’autre.

Nous avons déjà tous constaté ce type de situation auparavant dans de nombreuses régions du monde, y compris en Amérique du Nord et en Europe : plus de carburant dans les stations-service, approvisionnement alimentaire limité dans les magasins, pannes d’électricité de longue durée, etc.

La préparation avec bon sens est essentielle, et l'une des façons d' y parvenir est de diversifier les services des États souverains. Dans le cas des banques, il est raisonnable de supposer que ce qui touche un ensemble de banques dans une province ou un territoire donné n'affectera probablement pas les autres banques des autres provinces ou territoires.

Supposons que vous veniez de Toronto et que vous vous réveillez un matin, constatant que vos comptes bancaires canadiens sont gelés. Si vous avez aussi de l’argent dans une autre banque comme à Hong Kong, Singapour ou Labuan, vous aurez quand même accès à de l'argent liquide au distributeur automatique de billet et vous pourrez ainsi continuer à nourrir votre famille le temps que la normalité revienne.

Il peut également être avantageux de conserver une certaine quantité de devises fortes sous la main, en particulier le dollar américain, l'euro, la livre sterling et le franc suisse dans cet ordre. Ce sont les monnaies les plus largement reconnues dans le monde que les gens sont les plus susceptibles d'accepter pour des transactions normales.

Bien qu'elle ne soit pas encore largement acceptée comme moyen d'échange, l'or et l'argent sont également de solides ajouts à une réserve d'argent liquide d'urgence. Je recommande les pièces de monnaie les plus largement diffusées parce que les pièces sont plus facilement reconnaissables et n'ont pas besoin d'être pesées ou analysées pour effectuer une transaction, contrairement aux lingots d'or qui existent aussi en tout petit format.

Je crois aussi qu'il est bon d'avoir un point du chute à l'extérieur de son pays d'origine pour de nombreuses raisons. Cela comprend la possibilité d'obtenir un meilleur rendement financier, une pression fiscale plus faible, la possibilité de déplacer de grosses sommes d’argent légalement à l'étranger et le fait d'avoir un endroit où aller si vous devez appuyer sur le bouton d’évacuation. Tout cela prend du temps, alors réfléchissez-y maintenant.

À propos de l'auteur : cette note a été écrite par Alex Ricwald, spécialiste en sécurité globale appliquée. Pour découvrir son histoire et son activité, cliquez ici.

À écouter, ça vient de sortir :  Cliquez ici pour écouter la suite.

© 2018 B L C K P L M SIREN 5 2 9  4 3 2  0 8 0 CNIL 1 7 9 1 3 4 4 Infos confidentialité : Si vous choisissez d’entrer votre adresse e-mail sur cette page . Vos données personnelles ne seront utilisées que pour vous faire parvenir des messages d’information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désinscription qui figure au bas de chaque message. Vos données sont stockées jusqu’à votre désinscription. Les données recueillies sur cette page sont stockées par le sous-traitant Getresponse, dont la politique de confidentialité est disponible ici. Vous n’avez aucune obligation de vous inscrire sur cette page. Vous pouvez consulter ici notre Politique de Confidentialité et Conditions Générales.